Le combat de Simone Veil pour la légalisation de l’IVG

Le projet de loi

Si nous connaissons tous Simone Veil, c’est bien évidemment pour le projet de loi visant à instaurer l’IVG en France dont elle s’est faite la porteuse. Le Gouvernement De Jacques Chirac, sous la présidence de Valéry Giscard D’Estaing, avait en effet chargé Simone Veil de proposer ce projet de loi au Parlement. La proposition de loi avait suscitée des débats particulièrement houleux à l’époque. Il s’agissait en effet d’un changement social majeur, qui avait pour objectif de sortir les femmes en détresse de leur situation. En effet, il s’agissait de remédier à la situation de la mère accouchant d’un enfant qu’elle ne désire pas, dans un contexte où elle sera dans l’incapacité de subvenir à ses besoins. Cette loi visait à mettre fin aux procédures d’avortements clandestins et illégaux, qui recouraient à des méthodes qui mettaient la vie de la mère en danger. Le projet de loi IVG était avant tout une alternative proposée aux femmes pour leur sécurité et pour leur éviter une situation désespérée.

L’Assemblée Nationale

Après des discussions très vives à l’Assemblée Nationale et le célèbre discours de Simone Veil du 26 Novembre 1974, la loi est votée à la quasi-unanimité des parlementaires de la gauche et du centre. La plupart des députés de droite s’opposent à la loi, principalement par crainte des dérives qui pourraient découler de cette loi. La loi sur l’avortement, aussi appelée couramment «  le droit à IVG » ou « loi Veil » sera finalement promulguée le 18 Janvier 1975. On considère cette date comme très importante pour l’émancipation des femmes au sein de la société française. On dit que ne pas avoir un enfant est un droit, et que la grossesse non désirée peut maintenant être résolue.

L’impact

La légalisation de l’avortement en France a un impact très important sur les mœurs et la manière dont fonctionne la société. Les féministes actuelles y voient un des actes fondateur de la libération de la femme, et une mesure salvatrice absolument inaliénable. De nos jours, le droit à l’avortement est devenu une pratique courante, et on comptabilise environ 220 000 IVG par an en France. 40 ans après, la loi Veil est vue comme une avancée sociale majeure, emblématique de la Vème République. De nos jours, la plupart des pays européens autorisent l’avortement.

 

 

 

Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *