L’environnement familial dans lequel Simone Veil a grandi

La famille Jacob est originaire de Bionville-sur-Nied, village de Lorraine.

L’architecte André Jacob épouse Yvonne Steinmetz en 1922. Jean Jacob, le seul fils, nait en 1925 suivi ensuite de deux filles, Madeleine et Denise Jacob. Suite aux naissances de ces deux dernières, la famille déménagea à Nice sur la côte d’Azur. Simone est la benjamine de la famille, elle naquit le 13 juillet à Nice.

Monsieur Jacob avait beaucoup de bienveillance envers ses enfants, et tout particulièrement pour Simone. Il veillait en quelque sorte au grain. Selon lui, il fallait parfaire l’éducation de sa fille Simone et il n’apprécié pas son esprit contestataire. Enfin, l’ancienne ministre de la santé, possédait une relation très fusionnel avec sa mère, elle aurait volontiers vécu un amour exclusif avec elle.

Lorsque Simone repense à ces années heureuses de l’avant-guerre, elle éprouve une profonde nostalgie. Ce bonheur est difficile à restituer en mots, parce qu’il était fait d’ambiances calmes, de petits riens, de confidences, d’éclats de rire partagés, de moments à tout jamais perdus. C’est le parfum envolé de l’enfance, d’autant plus douloureux à évoquer que la suite fut terrible.

 

Dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale

Le , le Royaume-Uni puis la France déclarent la guerre à l’Allemagne nazie. Lorsque l’armistice est signé, André Jacob est accablé. Le régime de Vichy promulgue, en octobre 1940, le premier statut des Juifs qui établit une série d’interdictions à leur encontre et les oblige à se déclarer aux autorités.

Simone a vécu dans une atmosphère difficile et tendue, notamment à partir de la guerre puisque son père a perdu le droit d’exercer sa profession et que sa mère passait ses journées à chercher de la nourriture pour la famille. La récession due à la crise économique des années 1930 ainsi que le début de la guerre fait rencontre à la famille de grosses difficultés financières.

L’arrestation

C’est le 30 mars 1944 que Simone Jacob, alors âgée de 16 ans et qui se fait appeler Simone Jacquier, est arrêtée à Nice.

Dans les heures qui suivent, le reste de sa famille, hébergée malgré les risques encourus par plusieurs couples d’amis niçois, est arrêté par la Gestapo. Sa sœur Denise Vernay, entrée à 19 ans dans un réseau de Résistance à Lyon, est arrêtée en 1944, et déportée à Ravensbrück d’où elle revient.

La déportation à Auschwitz-Birkenau

Simone transite par le camp de Drancy. Son père et son frère Jean sont déportés en Lituanie par le convoi 73et elle ne les a jamais revus.

Le , soit deux semaines après leur arrestation, Simone, sa mère et sa sœur Madeleine sont envoyées de Drancy à destination d’Auschwitz-Birkenau.

Un prisonnier parlant français lui conseille de se dire âgée de plus de 18 ans pour passer la sélection et éviter l’extermination. Elle reçoit le matricule 78651 qui lui est tatoué sur le bras. Le travail forcé consiste alors à « décharger des camions d’énormes pierres » et « à creuser des tranchées et aplanir le sol ».

La marche de la mort jusqu’à Bergen-Belsen et la Libération

En juillet 1944, avec sa mère et sa sœur, elle est transférée à Bobrek. Sa mère meurt du typhus en mars 1945. Sa sœur Madeleine, atteinte également, est sauvée de justesse grâce à l’arrivée des Alliés.

Bergen-Belsen est libéré par les troupes britanniques le . Simone, Madeleine et son autre sœur Denise sont les seules survivantes de la famille, puisque leur père, leur mère et leur frère ne sont pas revenus des camps.

 

Simone ne reverra ni son frère ni son père suite à la fin de la guerre. Aucun des survivants ne les connaissaient. Les recherches menées par une association d’anciens déportés n’ont rien donné, de sorte qu’elle n’a jamais su ce qu’ils étaient devenus. Aujourd’hui, Simone, ambassadrice du droit à l’IVG, garde intact le souvenir des derniers regards et des ultimes mots échangés avec son frère.

Simone Veil a eu une enfance et une adolescence difficile, cela peut expliquer la ténacité, le courage ainsi que la retenue qu’elle transmet.

 

 

Étiqueté ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *